La Spoon / œuvre pérenne sur une colline artificielle / Valérie Champigny

 

La Spoon 12mX9m , réalisation finale de la résidence artistique à la Maison d’enfants à Caractère social de Port Sainte Foy et Ponchapt (24).

Ce diaporama nécessite JavaScript.


L’inauguration du corpus de créations commencées en 2016 dans la maison d’enfants aura lieu le 9 juin 2018… pour l’instant, j’y travaille progressivement, étape par étape.

La Spoon. On me demande souvent :  » C’est quoi ? » – Une oeuvre n’ayant pas de fonction définie, c’est bien difficile de répondre à cette question. Comme en musique, à part classer dans d’hypothétiques familles des sons et bruits, il est sincèrement difficile de dire ce que c’est. On pourrait peut-être répondre à cette question comme en cuisine par les ingrédients qui la compose : nombre de sacs de ciments, de pelletées de grave… Je peux simplement confirmer qu’il s’agit d’un espace d’expressions multiples en haut d’une colline artificielle, un espace mixte qui rassemble. Une sorte de cratère-refuge en référence au Roden Crater de James Turrell . C’est toujours une fugue joyeuse de grimper sur cette colline après la classe, après les devoirs… Cet espace en création devient un lieu de rassemblement, une cabane en creux où l’on pourrait à la fois écrire à la craie, prendre son goûter, s’allonger et crier pour entendre une réverbération, un écho, glisser, grimper, roller éventuellement, marcher le long comme sur une poutre, courir à l’intérieur et se laisser emporter par la vague de la descente… Peut-être retrouver le délice de l’enfance, une certaine ivresse que certains enfants pour de tristes raisons ont parfois un peu oublié. Le pari d’en faire un lieu. 

FLYER_DEBORNEMENT(S)_V_CHAMPIGNY_MEDIATHEQUE_MECS

Cahier d’écriture / Printemps des poètes 2017

À l’occasion du 19e Printemps des Poètes du 4 au 19/03/2017
sur le thème « Afrique(s) » des ateliers d’écriture « Art phonèmes » seront menés du 15/02/2017 au 15/03/2017 en France à la Maison d’enfants de Port Sainte Foy et Ponchapt et au Quebec dans une structure pédo-éducative avec Valérie Champigny.
L’ensemble des productions seront croisés dans une publication numérique aux éditions de l’artothèque Mutuum.

Accès en ligne vers le Cahier d’écriture (éditions Mutuum)

 

 

 

Résidence artistique en Pays Foyen (24)

La Maison d’Enfants à caractère social a souhait, en 2016 et 2017 introduire une dimension culturelle au sein de l’établissement. Les notions d’habitat et de parcours ont été ainsi appréhendées par l’intervention d’une médiation artistique relationnelle – menée par Valérie Champigny, plasticienne, tant auprès des enfants et des adultes. L’art et la culture sont une manière d’être au monde, penser une représentation de la réalité qui déborde les représentations habituelles pour ouvrir sur les qualités et les compétences inventives et créatives des jeunes en leur offrant une possibilité d’expression autre et différente. Cette intervention autorise une dynamique novatrice et révèle les sujets à partir d’un imaginaire qui se déploie en pleine intersection/interaction avec le réel qu’ils vivent. Au terme des quatre premiers mois de la résidence artistique, la Maison d’Enfants prend des attitudes et des formes qui ouvrent des possibles et transforme progressivement les représentations et l’habitat qui est proposé. L’Agence culturelle du Département de la Dordogne est associé à cette intervention.
Philippe Lesenne, directeur Maison d’enfants à caractère social – Port Sainte Foy et Ponchapt.

Réalisations mission de développement artistique relationnel :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La proposition de créer un projet dans cette maison d’enfants m’a orienté à développer une pensée plutôt globale pour l’espace du lieu, c’est-à-dire de réfléchir simultanément à la question d’un signe fort tel que le phylactère qui devient tout à la fois signe et oeuvre.

L’intervention a consisté à faire un « nettoyage visuel » dans l’espace, la cour, c’est-à-dire faire de la place, modifier le contexte tout en construisant avec l’existant de manière simple et cohérente en optimisant les espaces.

La phase d’immersion avec les éducateurs m’a permis de prendre en compte, les contraintes, les circulations et ses rites liés aux différents usages des professionnels de la Maison d’enfants. Le fait de reconsidérer globalement le projet en intervenant sur plusieurs lieux a permis de travailler sur une meilleure lisibilité et une identité évidente de ce lieu. La maison d’enfants comprend plusieurs espace dont certains sont éloignés de 4 km. Pour chacun des espaces, j’ai réalisé des propositions avec en parallèle une médiation auprès des jeunes de chaque tranche d’âges, afin d’intégrer les œuvres avec une dynamique participative.
Valérie Champigny