La Spoon / œuvre pérenne sur une colline artificielle / Valérie Champigny

 

La Spoon 12mX9m , réalisation finale de la résidence artistique à la Maison d’enfants à Caractère social de Port Sainte Foy et Ponchapt (24).


L’inauguration du corpus de créations commencées en 2016 dans la maison d’enfants aura lieu le 9 juin 2018… pour l’instant, j’y travaille progressivement, étape par étape.

La Spoon. On me demande souvent :  » C’est quoi ? » – Une oeuvre n’ayant pas de fonction définie, c’est bien difficile de répondre à cette question. Comme en musique, à part classer dans d’hypothétiques familles des sons et bruits, il est sincèrement difficile de dire ce que c’est. On pourrait peut-être répondre à cette question comme en cuisine par les ingrédients qui la compose : nombre de sacs de ciments, de pelletées de grave… Je peux simplement confirmer qu’il s’agit d’un espace d’expressions multiples en haut d’une colline artificielle, un espace mixte qui rassemble. Une sorte de cratère-refuge en référence au Roden Crater de James Turrell . C’est toujours une fugue joyeuse de grimper sur cette colline après la classe, après les devoirs… Cet espace en création devient un lieu de rassemblement, une cabane en creux où l’on pourrait à la fois écrire à la craie, prendre son goûter, s’allonger et crier pour entendre une réverbération, un écho, glisser, grimper, roller éventuellement, marcher le long comme sur une poutre, courir à l’intérieur et se laisser emporter par la vague de la descente… Peut-être retrouver le délice de l’enfance, une certaine ivresse que certains enfants pour de tristes raisons ont parfois un peu oublié. Le pari d’en faire un lieu. 

Article Courrier de Gironde

FLYER_DEBORNEMENT(S)_V_CHAMPIGNY_MEDIATHEQUE_MECS

Zone Ausone / résidence / collège Bazas

La résidence de création s’organise autour de la production photographique pendant plusieurs semaines sur l’année scolaire année scolaire 2017-2018. Elle concerne la rénovation du collège Ausone de Bazas (33). Dans sa dimension éducative et pédagogique, elle permet la rencontre entre une artiste plasticienne pluridisciplinaire et une classe dans la construction d’un jugement esthétique.

flyer_V_CHAMPIGNY_COLLEGE_AUSONE_Bazas_15_11_17.png

 

ARTICLE SUD OUEST

Résidence Hôpital de jour / adolescents autistes

Résidence artistique à la Demi-lune

La résidence de la plasticienne prend forme de mars à décembre 2017 dans le cadre de la déconstruction et de la prise en compte des modifications de l’accueil des jeunes à l’Hôpital de jour « La Demi-lune ».
La Demi-lune accueille une quinzaine de pré-adolescents et adolescents autistes essentiellement et assure des soins polyvalents individualisés et intensifs prodigués dans la journée, le cas échéants à temps partiel.

Un projet ouvert sur 2 volets :
– Accompagnement des jeunes sur le projet Land art « Au pied de la lettre »
– Réalisation d’une série photographique « Présences allusives » sur La Demi-lune.

« Au pied de la lettre », une œuvre collective

Ce lieu d’accueil a une histoire singulière qui invite à conserver des traces photographiques avant sa destruction. Les jeunes occuperont un autre lieu en 2017- 2018, il semble important de « s’inscrire dans le lieu »  pour chacun en investissant l’espace du jardin pour les saisons du printemps et de l’été sous la forme d’un projet qui s’apparente au mouvement du Land-art.

Laisser une empreinte avant de partir :

L ’approche du Land-art ayant déjà été exploré par plusieurs des jeunes a permis d’imaginer collectivement à la suite de plusieurs rencontres un projet intitulé « Au pied de la lettre » accompagné par Valérie Champigny qui se déroulera sur une dizaine de rencontres les vendredis après-midi d’avril à juillet 2017.

« Au pied de la lettre »  se présente comme une anamorphose construite et conçue avec la participation de chacun y compris par les adultes encadrant qui souhaiteront s’associer au projet collectif. Cette anamorphose de lettres, élaborée dans le parc, sera visible depuis les fenêtres de la bibliothèque.

S’inscrire pleinement dans le lieu :

Dans un espace défini par les professionnels de la Demi-lune, une proposition de type Land-art invitera les jeunes à inscrire leur initiale en extérieur. S’inscrire comme on trace des lettres : il peut s’agir d’une des lettres de son prénom, une lettre imaginaire, un idéogramme, une initiale ou chaque jeune selon ses difficultés pourra participer tout en étant aidé par les adultes et la plasticienne accompagnant le projet. Au pied de la lettre »  est une installation en plein-air impliquant la participation physique de chacun et qui propose d’explorer les relations qu’entretient le langage, les mots, les lettres au sens propre comme au sens figuré.

Lien Catalogue  ( en cours et consultable )

Résidence artistique en Pays Foyen (24)

La Maison d’Enfants à caractère social a souhait, en 2016 et 2017 introduire une dimension culturelle au sein de l’établissement. Les notions d’habitat et de parcours ont été ainsi appréhendées par l’intervention d’une médiation artistique relationnelle – menée par Valérie Champigny, plasticienne, tant auprès des enfants et des adultes. L’art et la culture sont une manière d’être au monde, penser une représentation de la réalité qui déborde les représentations habituelles pour ouvrir sur les qualités et les compétences inventives et créatives des jeunes en leur offrant une possibilité d’expression autre et différente. Cette intervention autorise une dynamique novatrice et révèle les sujets à partir d’un imaginaire qui se déploie en pleine intersection/interaction avec le réel qu’ils vivent. Au terme des quatre premiers mois de la résidence artistique, la Maison d’Enfants prend des attitudes et des formes qui ouvrent des possibles et transforme progressivement les représentations et l’habitat qui est proposé. L’Agence culturelle du Département de la Dordogne est associé à cette intervention.
Philippe Lesenne, directeur Maison d’enfants à caractère social – Port Sainte Foy et Ponchapt.

Réalisations mission de développement artistique relationnel :

Ce diaporama nécessite JavaScript.

La proposition de créer un projet dans cette maison d’enfants m’a orienté à développer une pensée plutôt globale pour l’espace du lieu, c’est-à-dire de réfléchir simultanément à la question d’un signe fort tel que le phylactère qui devient tout à la fois signe et oeuvre.

L’intervention a consisté à faire un « nettoyage visuel » dans l’espace, la cour, c’est-à-dire faire de la place, modifier le contexte tout en construisant avec l’existant de manière simple et cohérente en optimisant les espaces.

La phase d’immersion avec les éducateurs m’a permis de prendre en compte, les contraintes, les circulations et ses rites liés aux différents usages des professionnels de la Maison d’enfants. Le fait de reconsidérer globalement le projet en intervenant sur plusieurs lieux a permis de travailler sur une meilleure lisibilité et une identité évidente de ce lieu. La maison d’enfants comprend plusieurs espace dont certains sont éloignés de 4 km. Pour chacun des espaces, j’ai réalisé des propositions avec en parallèle une médiation auprès des jeunes de chaque tranche d’âges, afin d’intégrer les œuvres avec une dynamique participative.
Valérie Champigny

Installation éphémère Land art / Garein (40)

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Installation éphémère Valérie Champigny dans le Parc de la commune de Garein dans les Landes en juin 2016.
Projet associant les réalisations de 5 classes de 3 écoles (Vert,  Brocas et Garein).
Présentation d’un diaporama à l’occasion de la restitution de résidence « Ombre portées » en partenariat entre Mutuum artothèque et la Maison du Parc.

Bio Valérie Champigny

Résidences  – Expositions – Publications

N° MDA : C810480 / N°SIREN : 492763743

Résidences

2018
Oct-Noc – Résidence à Sortie13 – Pessac et exposition collective ZAAD.

Juin – Restitution de résidence « DéborNement(s) » après 2 ans de résidence en Maison d’Enfants à Caractère Social.

2017
Zone Ausone accompagnement de la reconstruction du collège de Bazas – Restitution en présence du Conseil départemental à l’occasion de la pose de la première pierre.

2017
janv à dec – « Présence allusive » projet photographique et «  Au pied de la Lettre » projet Land art avec les jeunes autistes de l’hôpital de jour « La Demi-lune » avant sa déconstruction.

2016-2017

De septembre à février >Résidence « Œil de lynx » à la Maison d’enfants à Caractère social de Port Sainte Foy et Ponchapt – Réalisation d’un corpus d’œuvres sur chacun des lieux de vie de la Maison d’enfants.

2016

Avril – mai – juin  > Résidence « Ombres portées »  – en partenariat avec la Maison du Parc et la Communauté de Communes du Pays d’Albret – Restitution à Garein.

2015

> Résidence Cité des chênes, travail photographique accompagnant la céconstruction du quartier ouvrier des maisons rondes à Morcenx (40)

2008-2015
> Résidence permanente Réseau A&a – Conception du dispositif des Ruches à rouille.
> Création de l’artothèque Mutuum

2009
Septembre > Résidence Les murs blancs cassés, exposition à la Minoterie de Mont de Marsan (40).
Création de la Résidence d’artistes Mutations d’Office.
Proposition dans le cadre de la résidence Mutations d’office en lien avec le quartier en rénovation de Mont de Marsan avec les habitants (La cage à lapins Installation et série participative photographique ; Photos de famille sur canapé Installation et série participative photographique ; Les  petites annonces Peinture ; Cage d’escalier Peinture ; Le chien du vigile Peinture ; Démolition du bâtiment 11 – Vidéo montage photographique.)

2000
Juillet > Champagnac de Belair (Périgord) réalisation d’un volume 7 mètres de haut), sculpture en métal au foyer des jeunes.

1999
Sept-Oct >  Mojacar (Espagne)  Workshop international organisé par l’architecte Gallego.

1998
Juillet-Août-Sept >  selected with 20 young artists  (from Europe and united States and Brazil) to participate from June to september in 1998 at an international workshop organized by Dario Urzay under the title “En una (microverso) fracción” at the Arteleku of Donostia. A studio of studios that gathers along with 20 young artists, and contemporary known international artists like David Reed, Julian Schnabel, Albert Oehlen, Torie Begg Terry Winters and Fabian Marcaccio.

Expositions

2018
Juillet – Exposition Collective ZAAD à Cour Mably à Bordeaux.

Juin – Juillet – Août Exposition « Constellations invasives » – Médiathèque de Sainte-Foy-La-Grande (33).

2017
Août Sept > Itinéraire à l’air libre à ZAAD – Bordeaux.

2008
Août > Welcome Homeless, expo collective en appartement, Paris.
Septembre > Exposition de « L’Ovalisque », Installation son et lumière sur 50 m2 Hall du Conseil Régional de BORDEAUX.

2007
Août >  Maisons témoins  Galerie Kabinett, quartier Mitte.
Juin > Mobile – Galerie Salvador DIAZ. (Josep Maria Martin) Barcelone.

2006
Décembre > Mobile – Halle aux poissons, Installation, ESAP, Perpignan.
Novembre > Mobile – Galeries La Fayette.
La galerie des galeries, jeunes créateurs, Avignon.
Juillet–Août-Sept > « Mise au carré »
Exposition collective – Spazio-Arte – Rome.

2005
Juin > Exposition peinture – Salon Villepinte – Paris.
Mai > Exposition de 10 planches d’illustrations au Lycée de La Sauque à La Brède – Commande d’illustrations pour un ouvrage médical Cœur, régimes, religions  J.Minaberry, nutritionniste

2004
Septembre > Exposition collective –« Lucoz’art » – Verdelais – (sculptures)

2003
Janvier à Sept > Exposition de sculptures et gravures au  Musée ART & Moteur de Saumur.

2002
Sept-Oct > exposition personnelle  (sculptures métal) à la citadelle de Blaye.
Février > Exposition collective « GALERIE Porte 2A », rue Ferrère Bordeaux.

2001
Janvier > Installation plastique concernant la façade de 4 étages d’un immeuble situé Place St Michel à Bordeaux dans le cadre de  l’extension du parcours « Regards de rues » organisé par la Mairie de Bordeaux.
Fév > St André de Cubzac –  9 ème édition du salon des Arts Plastiques avec les artistes du collectif  « VOUS ETES ICI »  au Château Robillard.

1999
Dec > Bordeaux   Publication d’un catalogue avec le collectif  « VOUS ETES ICI ». Présentation chez Mollat.
Mai > Université Bordeaux III, MAISON DES ARTS, performance intitulée « La peinture à l’œuf ».

1997
Mars > Mérignac, centre Marcel Paul, “Art Actuel”, peinture.

1996
Nov > Eysines, exposition en entreprise; peinture, matériaux et pigments.

1995
Mars > Bordeaux, Galerie “POUR LA VIE” du CAPC, exposition collective dans le cadre de l’école des Beaux-Arts.

1994
Juin > Fragments géographiques mixtes, écriture, installation.


Publications
2014 Marge de manoeuvre, chroniques, rédactions d’articles dans RUE89 Bordeaux

2012 Ornithologie d’ une promeneuse.   Editions Réseau A&a – 300 exemplaires

2009 What’s going on ?  affiche en partenariat avec «Demain en France».

2007 Histoires mélées, Portraits en devenir – Ouvrage collectif avec le lycée de la Tour Blanche en partenariat avec les éditions « N’a qu’un œil» Atelier-Forum, Bordeaux, sept.

2006 Les parages Editions Réseau A&a – 300 exemplaires

2006 Conversation au bord de la route  Editions Réseau A&a – 300 exemplaires

2004 Maison urbaine en carton Editions A&a livre-objet,

2003 La maison articulée, Les brèves, A&a livre-objet, Février.

2001  L’art en cabane atelier d’écriture Centre de détention de Gradignan, mai.

2000 Les cabanes en carton livre-objet, – Editions A&a – 10 exemplaires numérotés

1999 Livre d’artistes avec le collectif VOUS ETES ICI – Bordeaux – 1000 exemplaires.
Exposition chez Mollat, dec, janv

1998 Publication images “TOTOTO Editors” TOKYO (japon)

Parcours professionnel & démarche artistique

cropped-valerie_champigny1Valérie Champigny is a visual artist, who graduated from the Bordeaux School of Fine Arts (DNSEP 1996). She works on the road and in her studio in the South Gironde. She develops, through a photographic practice, a way of « documenting » her geographical and human environment on a daily basis, while inserting a fictional form in it, since the representation of the real through the captured space is already, in essence, scripted. Valérie Champigny approaches the territories she crosses in a sensitive way to the meeting of « presences ».

Démarche artistique

Valérie Champigny développe une pratique protéïforme où elle crée une grammaire au quotidien qui mêle photographie, dessin d’observation, peinture, écriture, installations plastique et sonore, performance. Elle aborde les territoires qu’elle traverse de manière sensible dans une réflexion sur l’habitat et à la rencontre de “présences“.

Elle crée des œuvres participatives pour « ré-enchanter » les structures de vie collective dans une réflexion sur la façon dont on habite un espace (ex : la Spoon, 12m x 9 m – Dordogne). La présence de ses œuvres ou dispositifs participe a transformer un espace en un lieu.

Parcours

Valérie Champigny est titulaire du DNSEP (1996) de l’Ecole des Beaux-arts de Bordeaux. Elle a travaillé sur le sujet des formes fractales et exponentielles en relation avec l’observation de l’environnement proche.

En parallèle de sa pratique personnelle, elle a fondé l’artothèque Mutuum et diffuse depuis 2012 un fonds d’œuvres à travers des actions de médiation notamment auprès de publics empêchés. Elle enseigne les arts-plastiques et l’histoire de l’art en collège, lycée, Instituts, Université du Temps-libre et anime des workshops. Elle a obtenu, en 2009, le Prix de la Fondation de France dans le cadre du Programme « Habitat ».

Portfolio_Valérie_Champigny_02

Lire la suite

Démarche artistique

Artiste auteur

Valérie Champigny
Née le 28/03/1972
Vit et travaille en Sud-Gironde (33)
plasticienne et enseignante,
direction de l’artothèque Mutuum en Aquitaine.
Valérie Champigny est titulaire du DNSEP (1996) de l’Ecole des Beaux-arts de Bordeaux et prépare actuellement un Master 2 pro en Ingénierie projets culturels et interculturels. Elle a suivi plusieurs programmes de résidence en France et en Europe dont celui de Arteleku  à San Sébastian en Espagne (Programme international organisé par Dario Urzay).

En charge de l‘artothèque Mutuum, elle transmet les arts-plastiques et l’histoire de l’art en collège, lycée et à l’Université du Temps-libre. Valérie Champigny a obtenu le Prix de la Fondation de France en 2009 pour la création de la Résidence Mutation d’Office dans une Fédération d’éducation populaire. Elle a développé à travers la création de la résidence Mutations d’Office et de l’artothèque Mutuum, différents projets artistiques en Aquitaine et sur des quartiers en requalification (Le Peyrouat à Mont de Marsan, Le Grand-Parc à Bordeaux, le quartier des Maisons rondes à Morcenx). Elle a créé dans ce cadre les éditions Mutuum (BNF) avec deux collections : les catalogues d’artistes et les cahiers de résidences. L’artothèque Mutuum regroupe aujourd’hui une vingtaine d’expositions destinées à l’emprunt (mutuum.fr).

Elle publie régulièrement des Portraits d’artistes pour la presse web ou destinés à des revues d’art.  Marge de manœuvre sur Rue89 Bordeaux.

Ses œuvres pérennes sont accessibles à la visite à l’ASEPF et invitent à une véritable conscience dans l’immersion du paysage.

On peut aussi trouver les expériences de lectures orales et lectures orales partagées sur le blog : Zone de lectures

Activité de recherche :
Une attention spécifique portée aux espaces et au relationnel comme matière de création

Depuis l’obtention de son diplôme (Mémoire « Rhizome », recherche sur les formes fractales et exponentielles) de l’école Supérieure des Beaux-Arts de Bordeaux, elle poursuit en résidence permanente au Réseau A&a, une démarche artistique protéiforme en réaction aux lieux qu’elle explore.

Les œuvres de Valérie Champigny ne se contentent pas d’inscrire son travail dans une relation à l’espace, elle le met en tension avec la fonction du lieu. L’étude du lieu est une composante intrinsèque du travail de Valérie Champigny, qui prend le parti de questionner l’espace afin d’en révéler les points de rupture ou d’équilibre et notamment relationnels, c’est à dire la relation qu’opère les habitants, les jeunes, les enfants ou les professionnels au contexte donné. De l’adéquation entre l’espace occupé et l’œuvre ou le dispositif mis en place par l’artiste naît des résonances qui sollicitent la sensibilité du spectateur.

Depuis une quinzaine d’années, elle déploie une oeuvre présentant une grande variété de médiums et de supports. Qu’il s’agisse de bois, de métal, d’interventions murales, les matériaux sont travaillés au-delà de ce que leur matérialité pourrait laisser présager. Elle dématérialisée ses pièces souvent en les ramenant à leur ombre. Avec une certaine économie de moyens et de procédés, la perception se trouve souvent modifiée, dans tous les cas questionnée. Très souvent réalisées spécifiquement pour les lieux où elles s’inscrivent, ses pièces entretiennent un rapport étroit avec l’architecture et le territoire, réinvestissant les plans et cartographies qui en constituent la représentation normée (ex : cité des Chênes, étude des maisons rondes). Les réalités concrètes sur lesquelles reposent ainsi son oeuvre sont subtilement réagencées, détournées, jusqu’à faire émerger d’autres réalités parcourant les méandres d’un imaginaire fictionnel, mais gardant néanmoins la relation concrète à l’aspect documentaire.

La pratique artistique de Valérie Champigny explore les rapports de contradictions existants entre les formes simples et les images qu’elles peuvent évoquer une fois détournées. Dans sa pratique sculpturale, l’œuvre vient souvent s’intégrer au lieu de manière à y puiser son sens ou à en souligner la fonction. L’échelle des objets confronte à la fois le lieu et le visiteur, par ses dimensions s’apparentant à celles du monument  (ex : les crayons géants). Il en résulte une pratique voisine de l’in situ, où le contexte nourrit l’intervention et où l’intervention nourrit le contexte.

S’en suivent des continuités graphiques au fusain, au crayon, picturales ou photographiques, gravure ou gaufrage du papier avec les jeux d’ombres des feuillages dans les forêts, la représentation de l’eau et des systèmes racinaires et autres chemins traversés. Elle aborde l’idée de l’art géométrique (ex : peinture au sol hall d’entrée). Le but étant de créer une tension entre l’objet artistique et le paysage qui lui donne son sens.

Son fil conducteur reste d’être surprise par des découvertes dans l’environnement quotidien la conduisent à imaginer des dispositifs empiriques tels que « Les ruches à rouille » en 2006 stimulant l’aléatoire sur des supports de papier enfouis dans le sol.

Plasticienne, artiste documentaire

La pratique artistique de Valérie Champigny prend également un caractère documentaire et la forme des découvertes se confond avec les outils du moment, parfois prélevés sur les lieux en mutation, en déconstruction. Les productions se construisent à partir de repérages, de prises de notes (histoire, fonction des lieux), de prises de vues, témoignages, récits, collection d’objets, des schémas, des trames qui sont évocation, traces des parcours. Le travail de recherche et l’orientation se définissent après un travail de croquis dans les carnets comme pour ne conserver que l’essence du propos, pour épurer. Elle capture des fragments du réel, rural ou urbain, et opère des subjectivations poétiques d’un lieu. On note une permanence sur une vingtaine d’années pour le travail des carnets, objets graphiques. L’utilisation de l’image vidéo, les prises de son, la peinture, le travail du volume et les collections d’objets sont tout autant de partitions expérimentales qu’elle explore pour inviter le geste à révéler autrement chaque nouveau territoire et en raviver le potentiel sensible.

Thomas Laurens, curator

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

Valérie Champigny est également en charge de l’artothèque itinérante Mutuum en Aquitaine.

Mutuum artothèque :
Fondée en 2012 dans les Landes par Valérie Champigny, l’artothèque collabore avec des artistes architectes, anthropologues, designers, ethnologues pour instruire et accompagner des projets d’art contemporain depuis leur définition jusqu’à leur réalisation et leur transmission en partenariat notamment avec les établissements scolaires, les médiathèques, les maisons d’enfants à caractère social.

Mutuum invente des modalités nouvelles dans la production et la diffusion d’œuvres d’art contemporain. Avec l’ambition d’offrir au plus grand nombre la possibilité de découvrir les multiples formes de la création artistique d’aujourd’hui, Mutuum artothèque explore l’espace du réel dans ses différents aspects – l’environnement urbain, les établissements publics, les monuments historiques, le milieu rural.

L’artothèque active ainsi la création artistique au cœur de problématiques actuelles telles que le développement urbain, les innovations économiques et écologiques, la transmission et l’apprentissage des savoirs, l’appréhension d’une mémoire et par extension d’une identité.
Mutuum est soutenue par les départements et la Région Aquitaine.

Ingénierie de projets Mutuum / médiation artothèque

Valérie Champigny est en charge de l’artothèque Mutuum depuis 2012

Cette artothèque itinérante comprend plus d’une centaine d’œuvres qui circulent dans des ruches auprès des médiathèques et autres lieux en Aquitaine.
Les actions éducatives Nectar sont confinées dans des alvéoles et sont à disposition des scolaires ou autres publics.

Mutuum rassemble les œuvres produites dans le cadre de la résidence Mutations d’Office portée par Valérie Champigny depuis 2008 sur un quartier en rénovation. Valérie Champigny a reçu en 2009 le Prix de la Fondation de France dans le cadre du Programme « habitat »pour la conception de ce projet.

« J’ai conçu l’artothèque Mutuum en 2012 dans l’idée de permettre, en partenariat avec plusieurs structures par territoire, à des artistes visuels de présenter une démarche à travers des résidences, expositions monographiques, catalogues. »

(Vidéo – 2014  – Depuis d’autres artistes ont intégrés la collection et de nouveaux territoires ont eu la curiosité de faire appel à Mutuum)

Mutuum prend des formes multiples d’ateliers, de rencontres, d’exposition, de publication pour enrichir et de renouveler nos représentations. Mutuum (Mutuel en latin) ne s’ouvre que dans la coopération. L’artothèque n’est pas un lieu dans lequel on va, c’est un espace de stockage uniquement. L’artothèque, basé dans le Sud Gironde est itinérante en Aquitaine, elle s’ouvre, de déplie, se déploie par projet en partenariat avec des établissements scolaires, des EHPAD, des médiathèques, crèches, entreprises, offices du tourisme…

Les temps de rencontres de Mutuum invitent à partager, à explorer diverses pratiques et questionnements : Quels regards portons-nous sur la ville ?”, « Comment habiter ? », “Comment nous rendre plus attentifs et plus attentionnés à son environnement proche, aux autres, être plus sensible à la notion de paysage visuel ou sonore ?” “Comment les médias peuplent nos imaginaires ?”

Les structures recevant du public peuvent emprunter des expositions monographiques sur mutuum.fr , artothèque itinérante en Aquitaine.

  • Concevoir des projets participatifs avec des établissements scolaires, des médiathèques, des communes en projet de réhabilitation.
  • Accompagner les habitants avec des projets culturels et artistiques.
  • Témoigner de la mémoire des lieux en déconstruction.

Mail :  contact@mutuum.fr

Consultez le site mutuum.fr pour plus de renseignements.

Carex / projet en continu

Depuis 2001, Valérie Champigny est en résidence permanente au Réseau A&a, l’occasion d’arpenter régulièrement les Landes Girondines, d’observer la transformation que les cycles de saisons opère le long du Ciron, de la Hure ou de la Garonne à travers un foisonnement de détails. Le carrex est devenu un sujet emblématique pour la plasticienne.
 » À l’École des Beaux-arts de Bordeaux, je travaillais sur la forme du chou, le chou romanesco notamment, en raison de mon intérêt pour les formes fractales. Selon le contexte géographique des résidences d’artistes, diverses formes végétales ont attiré mon attention pour leur aspect graphique. Le Carex est un genre de plantes de la famille des Cyperaceae  qui se développe dans les zones humides (landes, mares forestières…). Il est souvent question de promenades, d’errances et d’observations pour aboutir à des prises de notes, des croquis, des prises de vues et des sculptures qui peuvent être au final réintégrés sur un terrain vague, une forêt, sur un sentier pour une mise en scène d’un dispositif ponctuel ou comme offert à la nature si la biodégradation le permet… Il ne s’agit pas véritablement de Land-art. J’utilise des matériaux très divers. L’installation peut donner lieu à une lecture de texte dans la forêt du Sud Gironde. Chaque restitution est un nouveau récit. » Valérie Champigny

Ce diaporama nécessite JavaScript.

L’ensemble des créations autour du projet « Carex » sont des pièces destinées à l’emprunt pour des expositions ou pour des collectionneurs.