Pare-brisorama

« Pare-brisorama » est un petit jeu du quotidien consistant à des arrêts sur images au cours de cheminements et intégrant indirectement une dimension narrative toujours en quête de paysages.
Ces photographies donnent lieu à des petits montages (moins de 2 minutes) tournés par l’artiste à travers son pare-brise.
« Aube-pleine » se situe dans un paysage rural de Dordogne où, pendant le levée du soleil, tout semble se déliter, disparaître, s’évaporer dans la lumière, la buée ou le grive comme pour mettre en doute durant quelques instants notre perception des perspectives et nos habitudes visuelles.
Le mécanisme de répétition saccadée intercale des fragments sonores issus de l’auto-radio et des silences. Ce processus déstructure le temps du parcours dans sa durée mais aussi induit la répétition du trajet lui même au quotidien.

Lien vidéo (1″,42 ») :
 
Pare-brisorama / Aube pleine

Carnets / dessins d’ombres, écritures

12697313_10208116425446042_4293662732532164885_o

12698684_10208116385965055_3694057105039528821_o
Petit dialogue avec Lorenzo Horvat


– Lorenzo Horvat
 Oh, vous êtes essentialiste!
– Valérie Champigny Je me définis essentiellement comme « scarlatiniste » : c’est à dire comme représentant les stigmates de la scarlatine en latin.
– Lorenzo H C’est-à-dire en traduction picturale?
– Valérie C que j’exerce mon œil dans une écriture permanente.
– Lorenzo H Voulez-vous dire que pour vous peindre c’est écrire et dépeindre décrire?
– Valérie C Peindre ou dessiner est une autre démarche… Là ce sont des croquis rapides pour exercer l’œil… comme des gammes.
– Lorenzo H Pour moi vous dépeignez, c.-à-d. vous peignez en couleur et en trois dimensions des objets ou paysages de la nature devant vous et devant vos yeux. Puis vous dépeignez en retirant la couleur et il reste sur le papier des carnets des impressions du relief et de volumes posés.