Article Sud-Ouest / Cité des chênes / Valérie Champigny

Article_SO_Résidence_V_Champigny_MORCENX

Article #SudOuest signé Claire Burckel, publié aujourd’hui, sur mon travail au sujet des maisons rondes de Morcenx-la-Nouvelle « la cité des chênes » aujourd’hui détruite.
Une série photographique que j’avais prise au moment des déconstructions est actuellement exposée à la Médiathèque François Mitterrand à Morcenx. Je serai présente le premier mars à 14h (journée de fin de l’exposition), pour échanger avec les anciens habitants et recueillir les photographies des familles déjà rencontrées…
#Architecture #MaisonsRondes #Morcenx #MorcenxLaNouvelle#NouvelleAquitaine #CitéDesChênes #ValérieChampigny#Champigny #RésidenceDeCréation #plasticienne #ContemporaryArt#ArtRelationnel

Article Sud Ouest / L’émer-veilleur ordinaire / résidence Hôpital de Bazas

Résidence de développement artistique relationnel

Une production artistique
autour de la parole,
l’écrit et de l’image
impliquant les patients et
les professionnels
soignants des services de
médecine et de Soins de
Suite et de Réadaptation
(SSR).
>>>LIEN PADLET L’EMER-VEILLEUR ORDINAIRE

 

Ce diaporama nécessite JavaScript.

 

 

article_sudouest_emerveilleur_ordinaire_champigny

Résidence de création Valérie Champigny à Sortie 13 / Pessac (33)

Article Sud Ouest du 19 novembre 2018

Article_SO_Sortie13_Valérie_Champigny_2018

 

Nolens volens / installation picturale dans l’espace public

ENVIRONNEMENT URBAIN / L’art au coin de la rue

19/10 2001
L’opération Regards de rues propose un parcours de découverte des oeuvres d’artistes bordelais qui ont travaillé sur les immeubles désaffectés et magasins inoccupés
Par : VERONIQUE JAN

valérie saint michel

L’oeuvre « Nolens volens » de Valérie Champigny sur 4 étages de la place Meynard remplace des fenêtres noircies et illumine la place (Photo Philippe Taris)

La deuxième édition de Regards de rues est née d’une double constat : les magasins vides et les immeubles inoccupés enlaidissent les rues bordelais et les artistes bordelais ont du mal à rencontrer leur public. Piloté par Muriel Parcelier, adjointe à la mairie de Bordeaux en charge de la vie des quartiers, le projet met en valeur douze artistes du cru.« Il s’agit d’embellir des lieux en mauvais état », explique Muriel Parcelier, « de faire connaître nos artistes, mais aussi de stimuler les propriétaires pour réhabiliter les immeubles. » Et ça marche. La première édition de Regards de rues, en 1999, a abouti à la réhabilitation de six lieux.
Pour choisir les artistes, la mairie a lancé un appel à candidatures dans les structures culturelles de la ville. Cent trente artistes y ont répondu et douze plasticiens ont été sélectionnés. Les oeuvres sont protégées contre les tags et, si elles doivent être enlevées pour cause de réhabilitation, elles seront exposées dans des espaces municipaux.
C’est tout un itinéraire artistique qui s’offre aux passants. Du graff aux décors peints en trompe-l’oeil en passant par des collages et des photographies. Les lieux retenus sont cette fois des espaces moins fréquentés par les voitures. Ce sont la place Meynard et les six rues piétonnes ou semi-piétonnes de Bordeaux. Place Meynard par exemple, on peut découvrir le travail de Valérie Champigny sur toute les fenêtres noircies d’un immeuble.

Sud Ouest